Des routes en bon état, c’est l’affaire de tous !

Cette campagne a été initiée par la Fédération Wallonne des entreprises de travaux de voiries (FWEV asbl).

Les entreprises de travaux de voirie emploient des gens passionnés par leurs métiers qui sont scandalisés par le peu de moyens consacrés à l’entretien des routes et par les conséquences dramatiques sur l’économie locale, la sécurité et le bien-être de nos concitoyens. Face à l’immobilisme politique, nous nous tournons vers les citoyens. Nous devons faire prendre conscience à nos élus politiques que c’est maintenant que des décisions doivent être prises pour sauver nos routes.

Sauvons nos routes, pour plus de sécurité

Voici quelques accidents dus au manque d’entretien des routes. Vous trouvez ça normal ?

  • Un homme de 64 ans fait du vélo et chute à cause d’un nid de poule. Il est retrouvé mort sur place.
  • Sur une autoroute, une femme roule sur un nid de poule. Son pneu éclate, sa jante se casse. Elle évite de peu l’accident grave.
  • Une automobiliste suit un camion sur une route dégradée. Le camion roule sur un agrégat provenant de la chaussée et celui-ci est projeté sur le pare-brise de l’automobiliste qui se fissure immédiatement.
  • A Namur, une dame âgée tombe à cause de l’état du trottoir et se casse la jambe. Après sa convalescence, elle ne pourra plus marcher seule et devra entrer en maison de repos ( Source : La maison des seniors)

Des voiries en mauvais état, c’est moins de sécurité au quotidien pour tous les usagers, faibles ou pas. C’est une mobilité entravée, un cadre de vie qui se détériore un peu plus chaque jour. Ce n’est pas normal !

Toute commune a l’obligation de veiller à ce qui concerne la sûreté et la commodité du passage dans les rues, quais, places et voies publiques.
Vu l’état déplorable de nos routes et trottoirs, la responsabilité de nos élus locaux est engagée… et pourtant les travaux d’entretien et de rénovation des voiries ont diminué de 40% ces dernières années !

Cela ne peut plus durer, il est plus que temps d’engager des travaux utiles pour accroître la sécurité, la mobilité et la convivialité dans nos communes.
C’est pour cela qu’il faut réagir maintenant !

Sauvons nos routes, pour sauver des emplois locaux

1 travailleur sur 3 perdra son emploi dans le secteur des travaux de voirie en 2015 si rien n’est fait. Ce n’est pas normal !

A chaque crise des finances publiques, les moyens sont rabotés et les travaux d’entretien réduits à leur plus simple expression. Avec des budgets insuffisants, les hommes politiques demandent aux entreprises de travaux de faire du cache-misère. Les travaux ainsi réalisés ne durent pas très longtemps, les citoyens croient que les entreprises sont responsables de cette situation. Et en attendant, la sécurité et la mobilité sur nos routes continuent de se détériorer…

Aujourd’hui, c’est l’Europe qui oblige les pouvoirs publics à réduire globalement leurs dépenses. L’Europe ne considère pas que les investissements dans les routes (ou dans toute infrastructure de transport : rail, voie navigable…) représentent un enrichissement du patrimoine de la collectivité et un facteur de redéveloppement économique. Pire, alors que les taux d’emprunt sont quasi nuls, les communes et les régions ne peuvent pas en profiter pour rénover leurs infrastructures.

Conséquences ? De nombreuses entreprises doivent licencier une partie de leur personnel, faute de commandes. Aujourd’hui, c’est l’emploi de près de 6000 personnes en Wallonie qui est menacé par le manque d’investissements publics (emplois directs et indirects).

Les économistes de tout bord constatent maintenant que plus les régions et les communes restreignent leurs investissements, plus la date du retour à l’équilibre des finances publiques s’éloigne. Nous allons dans le mur et il nous faut changer de politique économique.

En encourageant une reprise des investissements publics productifs, c’est-à-dire dans des infrastructures utiles, créatrices de richesses, nous plaidons pour le redressement économique et le bien-être de chacun.

Sauvons nos routes pour sauver l’image de notre pays à l’étranger

Une route délabrée nuit au rayonnement extérieur d’une ville et à son développement économique : le maintien d’infrastructures en bon état est crucial pour l’accessibilité et l’attractivité.

Actuellement, l’état déplorable de certaines voiries nous renvoie au niveau d’un pays en voie de développement. Ce n’est pas normal !

Que demandons-nous ?

Nous demandons :

– des budgets stables pour l’entretien des voiries. Des budgets qui ne dépendent plus du bon vouloir politique, mais des besoins d’entretien objectifs,  en lien avec la sécurité et le bien-être des citoyens.

– une politique de relance économique basée sur l’entretien des infrastructures publiques